Noël
Source : Pixabay

Je savais que ce jour viendrait. Je redoutais ce moment. Pourtant, au fond de moi, je sentais que c’était imminent. J’ai repoussé l’échéance le plus possible. J’ai redoublé chaque année d’imagination, de création, d’invention. Mais cette année la magie de Noël sera sensiblement différente.

Depuis la naissance de Lou, il y a presque 9 ans, je cultive la croyance au Père Noël. Je fais très attention à ce que les adultes ne fassent pas de gaffes. Ces adultes qui pensent que l’enfant, même tout petit, ne comprend pas alors que l’on parle à côté d’eux. Ces adultes qui n’en ont rien à faire que leur enfant découvre au détour d’une conversation que le Père Noël n’existe pas.

Ces adultes qui ont oublié qu’ils ont été enfants.

On m’a même dit que je devais le dire à ma fille avant qu’elle ne soit trop grande. Mais pourquoi ? Quel est l’intérêt ? Depuis quand il y a un âge limite pour croire en cette magie ? Si elle a envie de croire à cette magie, de quel droit je viendrais lui gâcher ce moment ? J’ai adoré pendant ces huit années lui faire croire que ce Monsieur Rouge existait. Et j’avoue que la menace « attention le Père Noël te regardes de là-haut ! » m’a souvent aidée. Quel bonheur de la voir découper les jouets sur le catalogue, les coller sur une lettre qu’elle mettait dans une enveloppe « Pour Papa Noël », et que nous postions chaque décembre.

Déjà l’année dernière, Lou commençait à être septique.

« Maman ? C’est vraiment le Père Noël qui apporte les cadeaux ? » « Bah oui. Réfléchis, quand on part à La Rochelle et que l’on rentre tous ensemble, les cadeaux sont sous le sapin » « Ah oui, c’est vrai, ça ne peut pas être toi puisqu’on est ensemble ». Ouf… sauvée. En fait, au moment du départ pour La Rochelle, nous descendons au parking et je prétexte toujours d’avoir oublié un truc à l’appartement pour y remonter. Et là, je glisse les deux ou trois cadeaux que nous n’emportons pas avec nous.

Mais cette année, Lou m’a surprise.

La plupart de ses copines n’y croyant plus, j’ai bien senti que ce serait différent cette année. Comme chaque année, Lou et sa sœur ont découpé le catalogue de jouets pour coller leurs petites envies sur une feuille. « Bon Lou, on va pas tarder à poster ta lettre au Père Noël » « Non, moi je ne vais pas la poster » « Ah bon mais pourquoi ? » « Ma lettre, je vais la plier et te la donner ». Et elle me dit cela avec un grand sourire. Je suis restée bouche bée. J’ai souri tout en me sentant piégée. Et là elle me dit « alors maman c’est toi le Père Noël n’est-ce pas ? Ne t’inquiètes pas je ne le dirai pas à Tina, elle est encore petite ». J’ai trouvé cela si choux.

Avec les larmes aux yeux, j’ai donc avouer que le Père Noël n’existait pas.

J’ai pleuré car c’est une page qui se tourne. Lou m’a serrée fort dans ses bras et a dit une chose magnifique « Mais ne sois pas triste maman. Tu seras toujours mon Père Noël« . C’était très fort. Du coup, j’en ai profité pour lui demander pour la petite souris et j’ai adoré sa réponse. « Non la petite souris c’est sûr que ça existe. Je sentirais si tu soulevais mon oreiller dans la nuit ». J’ai répondu qu’elle avait raison.

Finalement, une semaine plus tard, Lou me demande si les lapins de Pâques c’est également moi. J’ai souris et répondu par l’affirmative. A cela, elle en a conclu que la petite souris n’existait pas. Encore une fois, j’ai acquiescé. « Mais en fait maman, rien n’existe ? » « Bah… non ». Je l’ai senti un peu déçue.

Ce qui a changé dans tout ça, c’est que Lou insiste bien bien bien bien quand elle voit un jouet à la télé maintenant la chipie.

Jul’

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *