Étiquette : amour

Un amour de vacances

coucher de soleil

On pourrait presque chanter la chanson de Christophe Rippert (ceux de ma génération comprendront la référence) sauf que ce n’était pas sans lendemain. J’ai vécu un amour de vacances qui restera à jamais gravé dans ma mémoire. J’ai vécu un coup de foudre. Le seul que j’ai eu dans ma vie. (suite…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Possessif, jalousie et contrôle de l’autre

possessif

Possessif, jalousie et contrôle de l’autre : trois attitudes que je ne conçois pas et que je ne comprends pas. Ce qui m’a donné envie d’écrire cet article c’est le fait d’avoir entendu à plusieurs reprises des phrases du genre « Ah bon ? Vous sortez parfois l’un sans l’autre ! » « Moi, je ne peux pas faire telle chose car mon homme/ma femme n’aime pas » « Je préfère ne pas sortir sans lui, sinon il le fera sans moi et je ne veux pas ». Je vois le jugement dans le regard des gens ou bien la parfaite incompréhension voire le choc. C’est nous, Mister et moi, qui sommes choqués de voir que les gens n’arrivent pas à vivre l’un sans l’autre au point de contrôler leurs sorties ou leurs envies. (suite…)

Rendez-vous sur Hellocoton !

Mon coeur Mon amour

mon-coeur
Ca dégouline d’amour,
C’est beau mais c’est insupportable.
C’est un pudding bien lourd
De mots doux à chaque phrases : »Elle est bonne ta quiche, amour »
« Mon cœur, passe moi la salade »
Et ça se fait des mamours,
Se donne la becquée à table.Ce mélange de sentiments
Aromatisé aux fines herbes
Me fait sourire gentiment
Et finalement me donne la gerbe !

Paroles de la chanson de la chanteuse Anaïs, moi je ne déteste pas les couples qui me rappellent que je suis seule, puisque je ne suis pas seule, par contre la guimauve à profusion et en exhibition me barbe. J’avoue avoir du mal à entendre les couples finirent toutes leurs phrases par « mon amour, mon coeur, mon bébé, mon mamour…. » Et mon chéri par ci et mon chéri par là. Je trouve cela si privé que j’ai l’impression d’entrer dans leur intimité. Je ne suis pas démonstratrice en public, on ne m’entend jamais appelé ainsi Mister ni lui faire des déclarations d’amour écrites en public. Sûrement par pudeur. Je n’ai pas besoin d’étaler mes sentiments pour prouver aux autres ce que je ressens. Je peux paraître du coup froide ou disons distante mais c’est mon choix (merci Evelyne Thomas). J’ai l’impression parfois que les gens en font des caisses pour tenter de t’envoyer leur bonheur au visage. Pas la peine les gens, on est heureux aussi et sans avoir besoin de se lécher la pomme en permanence. Ca aussi… dans le métro, dans la rue… toute cette salive…

De même pour les gestes d’affection en public. Je ne me colle pas à Mister, je ne le tripote pas, je n’ai pas besoin d’être dans ses bras chez nos amis. C’est notre intimité. On m’a dit une fois, et j’ai trouvé cela très gonflé : « tu n’es pas très câline, tu fais comment au lit pour faire comprendre que tu as envie ? » J’ai du répondre un truc du genre « ça ne te regardes pas ». Et en effet, cela nous regarde. Je n’ai pas à expliquer pourquoi je suis proche dans certaines situations et dans d’autres pas. Tout comme je n’ai pas besoin d’écouter les pratiques intimes des uns et des autres dans des soirées. Je ne dis pas que je suis prude, je déconne beaucoup à ce sujet, mais justement tant que c’est pour déconner, rire, plaisanter, pas de soucis, mais les discussions sérieuses ne regardent que Mister et moi.

Peut-être c’est la maturité qui me rend pudique à ce sujet, mais j’ai toujours eu du mal avec la miellerie, la guimauve et le déballage public. Des petits mots doux à droite et à gauche c’est mignon mais quand ça dégouline, ça donne la gerbe (merci Anaïs)

Et vous, vous étalez votre vie intime en public ?

Jul’

 

Rendez-vous sur Hellocoton !