Catégorie : PARTAGE

Parce que c’est sympa de partager des passions, des envies, des rêves réalisés, des façons de vivre. Ici je vous donne la parole, alors lancez vous !

Le geste de Gwenn qui a sauvé la vie

C’est l’été et c’est d’actualité. Nous ne le dirons jamais assez : ne laissez jamais vos enfants sans surveillance dans l’eau que ce soit à la piscine, à la mer ou dans le bain, même deux minutes. Combien de fois je répète à ma mère quand je lui confie ma fille pendant les vacances : « Surveilles-la bien, ne la lâche pas des yeux et reste à côté d’elle dans la mer ». Je sais qu’elle en a marre que je lui dise tous les jours mais je préfère prévenir que guérir. Le récit de Gwenn, ci-dessous, est saisissant. Elle a été témoin d’une noyage, mais elle a également était actrice du sauvetage de cet enfant. A la lecture de cette histoire, je me suis posée, et me pose encore, la question de savoir si j’aurais réussie à réagir comme elle sans perdre mes moyens. Ce texte m’a choqué et sensibilisé. Bonne lecture !

« Vendredi 27 juin 2014 en après-midi. Nous sommes à la pataugeoire du parc Lafond à Montréal, V. (le petit garçon dont je m’occupe), François (mon conjoint) et moi. Clara, ma fille, est chez Ève, sa tante. Nous sommes sur le bord de l’eau lorsque François me signale les cris de la sauveteuse indiquant un accident. Je regarde à l’endroit qu’elle pointe juste en face, traverse la piscine et aperçois un enfant dans les bras d’une sauveteuse hurlant « Appelez 911 ! Appelez 911 ! ». Je regarde s’il y a du sang. Pas de sang. Je regarde le visage de l’enfant, il est presque bleu. Il est inconscient et mou. Je me dis qu’il est en train de se noyer. Je le prends dans mes bras, le tourne dos à mon ventre, presque parallèle au sol et, à plusieurs reprises, presse fort son ventre contre moi (méthode Heimlich plus ou moins). En fond sonore j’entends « Mettez-le à terre ! Allongez-le sur le dos ! Pressez au niveau du cœur ! Plus haut ! Faites-lui du bouche-à-bouche ». Je continue mon mouvement quelques secondes. L’eau sort. Beaucoup d’eau. Et un peu de nourriture aussi. J’entends « C’est bon il a vomi ! Il pleure ! » On me le prend des bras. Sa mère, qui jusqu’à présent hurlait et sautait, est presque évanouie au sol. Les gens lui crient de ne pas s’évanouir, lui jettent de l’eau au visage. Un homme va même jusqu’à lui mettre des claques assez fortes. Je lui somme de s’arrêter. Je demande qu’on me passe une serviette pour qu’elle puisse s’étendre et poser sa tête. Je lui parle tout bas, lui caresse le front, l’informe que son fils est vivant et qu’elle peut aller le voir. Les personnes présentes l’aident à se déplacer. Elle se retourne et me signale alors qu’elle a un autre enfant plus loin, un bébé. Le poupon en question semble entre de bonnes mains, une femme présente avec ses enfants s’occupe de lui. Un peu plus tard il sera reconduit à sa mère. François me rejoint avec V., me félicite, m’embrasse. J’explose en larmes.

Pas certaine que c’est la voix de la sauveteuse que j’ai entendue durant mon intervention, je me dirige vers elle et lui demande si c’était bien elle qui était à mes côtés. Elle me répond que oui, mais qu’elle n’a rien pu faire car la mère lui a pris l’enfant des mains, qu’elle ne pouvait pas le mettre au sol. Elle a les larmes aux yeux. S’agissant d’un étouffement par l’eau, d’une suffocation, je m’interroge quant à la pertinence d’un massage cardiaque, d’un bouche-à-bouche… Je n’arrive pas à comprendre ses arguments. Je m’énerve après elle, je demande à François que l’on s’en aille. La pataugeoire est évacuée.

Nous restons au parc. Je réalise alors ce qui vient d’arriver ; j’ai sauvé la vie d’un petit garçon… François avertit la police que s’ils souhaitent me parler je suis disponible. Je rejoins les ambulanciers, pompiers et policiers. J’attends quelques minutes. Durant ce moment, la mère du garçon me demande si je peux emmener son bébé, conduire sa voiture et suivre l’ambulance jusqu’à l’hôpital, pour qu’elle puisse être dans l’ambulance auprès de son petit garçon. Malheureusement je n’ai pas le permis de conduire… S’ensuivent une énumération de plusieurs possibilités : soit elle me confie son bébé, soit, en état de choc, elle suit l’ambulance, soit il faut trouver un moyen de mettre le siège-auto dans l’ambulance, soit un autre ambulancier prend le bébé avec lui… La policière souhaite alors me voir. Je lui narre mon récit. Elle ne semble intéressée que par la part de responsabilité de la mère du petit garçon et par son stylo qui bave sur sa main… Devant le manque de réponses que j’ai à lui fournir, elle écourte la discussion. Ce sera elle, finalement, qui emmènera le bébé à l’hôpital, réalisant qu’elle n’a pas besoin de la base pour installer le siège-auto dans son véhicule.

Oui je suis en colère après la sauveteuse, parce que c’est son métier, elle est formée et embauchée pour ça ! Oui j’ai de la misère à comprendre le comportement des gens lors de tels drames ! Parce que j’avais peur de passer pour une vantarde qui veut se faire mousser et se rendre intéressante, parce que je ne suis pas encore tout à fait certaine que sans moi ce petit garçon serait mort (et je ne veux pas de réponse à cette question) je n’étais pas certaine de vouloir exposer publiquement cette expérience. Après coup, je pense que l’écrire, la relire plus tard, la partager, échanger à ce sujet me fera du bien. Parce que ce soir je me sens un peu bizarre et aussi parce que je suis fière de moi.

Je remercie Educasoins pour le fabuleux cours de premiers secours que j’ai suivi il y a quelques mois. Je remercie les personnes qui ont compris que le petit garçon ne s’est pas mis à vomir et cracher l’eau de ses poumons de façon magique et qui sont venues me remercier, m’embrasser, me féliciter. Je remercie mon amoureux de me traiter en héroïne depuis quelques heures. Je remercie Ève pour les paroles et le Magnum réconfortants. Je suis heureuse de m’être écoutée, d’être restée centrée sur mes observations et connaissances. Je suis heureuse de m’être fait confiance. Je suis heureuse que ce petit garçon soit vivant. J’espère qu’il ira bien par la suite, et qu’il vivra heureux auprès de sa famille. Je suis heureuse parce que, au-delà de la peur que j’ai eue pour cet enfant, d’être témoin de cet événement, j’ai ressenti une telle empathie pour cette maman que je suis heureuse pour elle qu’elle n’ait pas à vivre l’innommable peine que représente la perte d’un enfant. En accompagnant ma fille dans son sommeil ce soir, je lui ai dit qu’aujourd’hui, avec le jour de sa naissance, j’ai fait la chose dont je suis le plus fière de mon existence.

C’était il y a un an. Quelques jours après avoir écrit ce texte j’ai eu des réponses à mes questions. Notamment en ce qui concerne les gestes appropriés à poser sur une personne noyée. Il est effectivement préconisé de l’étendre au sol, de lui faire un massage cardiaque et de ne pas la faire vomir. Ayant réalisé que je n’avais pas posé les bons gestes j’ai eu beaucoup de difficultés à m’endormir les jours suivants. Un ami m’a conseillé d’aller en parler aux pompiers du quartier. Ce que j’ai fait. Ils ont été extrêmement rassurants. Ils m’ont conseillé de ne jamais me laisser dire que je n’avais pas bien fait. Si je n’étais pas intervenue, ce petit garçon serait sans doute mort. Mon geste, aussi maladroit soit-il, l’a sauvé. En le renversant, en le mettant face au sol dans mes bras et en appuyant vivement sur son abdomen j’ai relancé son cœur si celui-ci s’était arrêté. En faisant sortir l’eau de son corps je lui ai permis de respirer à nouveau. Ils m’ont dit de ne jamais douter d’être fière. Le papa du petit garçon en question a indiqué sur Internet que la maman était en train d’allaiter son petit bébé hors de la piscine. Alors que l’an passé les sauveteurs de cette pataugeoire s’obstinaient à exclure de la petite piscine les parents ne portant pas de maillot de bain ainsi que les mères qui allaitent leur bébé, j’observe que cette année on nous fout la paix avec ça, et c’est beaucoup plus agréable et sécuritaire comme ça !« 

Et vous, comment auriez-vous réagi ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Alexandra : sa famille recomposée

Parce qu’il n’est pas toujours facile de repartir à zéro avec une famille déjà construite, aujourd’hui je vous présente Alexandra qui vous raconte l’histoire de sa famille recomposée. Bonne lecture !

« Je m’appelle Alexandra, jeune femme de 34 ans, trois enfants (ça fait du bruit mais je les aime) et mariée depuis 3ans. Bon là tout est beau et tout va bien mais attention tout n’a pas été si « paradisiaque » dans ma vie. Avant de trouver cet équilibre ça a été le chaos parfois.

Il y a presque 9 ans, je décide de me séparer du papa de mes deux premiers enfants. C’est comme ça, je n’étais pas heureuse au bout de 7 ans de vie commune, et en étant honnête, la rencontre avec mon mari actuel y est pour quelque chose. Donc, en juillet 2007 je déménage, c’était douloureux, la séparation l’était également. Rien n’est jamais facile dans ces circonstances.

Bref, la garde alternée est décidée pour nos enfants, ils iront une semaine chez papa puis la semaine suivante chez maman, et ainsi de suite….. Me voici donc avec mes deux petits dans mon appartement et c’était la première fois que je vivais seule, enfin sans homme. Pour ma petite qui était encore bébé tout se passait bien mais pour mon garçon qui avait 4 ans à l’époque c’était plus difficile. Il était souvent en pleurs à cause des crises que son papa faisait me concernant. Mais j’avais mon amoureux dans ma vie heureusement. Nous avions décidé de ne pas vivre ensemble tout de suite, ni de montrer aux enfants notre relation. Quand j’avais la garde des enfants, il passait de temps en temps et nous étions juste amis à leurs yeux, pas de geste suspect et il ne dormait jamais en cachette a l’appartement.

Nous faisions régulièrement des balades. Les enfants ont pu doucement prendre l’habitude de l’apprécier en le voyant comme ça, parfois, puis plus souvent. Je ne savais pas comment mes enfants allaient réagir s’ils nous voyaient nous faire un bisou d’amoureux, enfin nous montrer dans notre vraie relation.

J’ai eu la chance de rencontrer un homme qui adore les enfants, et qui adorait les miens. Il était d’une patience d’ange avec eux et avec moi. Oui, car encore une fois ma séparation m’a mise quelques fois dans de sacrés états, il y a eu beaucoup de sales histoires et mon chéri m’a toujours épaulé. Un soir, il est venu dîner à l’appartement, tout se passait bien comme très souvent, les enfants jouaient avec lui, cela donnait l’impression d’être une vraie famille ! Et là mon fils lui dit : «Et pourquoi tu ne dors pas là ?». Nous répondons qu’il n’y a pas de place car toutes les chambres sont occupées… Mais mon fils nous rétorque : «bah il peut dormir avec toi ?». Je dois avouer qu’il nous a bluffé !!!!! Et depuis mon homme est resté dormir de plus en plus souvent jusqu’à venir s’installer avec nous.

Attention, il y a parfois des moments où mon chéri et moi nous disputions. C’est pas facile quand les règles ne sont pas les mêmes pour les enfants chez  leur père et chez nous, et il y avait encore certaines différences « d’éducation » entre mon chéri et moi. Mais je crois que nous avons toujours fait attention de ne pas se chamailler à ce sujet devant eux. En fait, les enfants ont toujours accepté d’avoir un «papa bis» et son autorité, on n’a jamais entendu le «t’es pas mon père de toute façon !»

Le temps est passé, entre crise avec mon ex et la vie paisible avec mon homme. Nous avons déménagé dans NOTRE maison, un investissement de «couple». Les enfants étaient ravis de venir vivre dans cette petite ville avec cette jolie maison et son jardin. Puis il y a eu un mariage en 2012, et là mes enfants m’ont surpris : ils étaient si heureux et fiers ce jour là !!! Ma fille portait mon bouquet et mon fils a amené avec fierté les alliances. Ils en parlaient tout le temps avec ma nouvelle belle-famille. Oui je n’en ai pas parlé mais mon mari a ces deux parents, un frère, ses grands-parents et 5 tontons-tatas et 15 cousins. Une jolie famille qui a accueilli mes bébés comme s’ils faisaient partie de la famille depuis toujours. En fait, j’ai eu de la chance de tomber sur une famille comme celle-ci. Les enfants ont très vite trouvé leur place.

Deux ans plus tard, en 2014, je tombe enceinte. Comment l’annoncer aux enfants ? C’est un sacré changement quand même. Mais mes enfants sont merveilleux, à l’annonce ils étaient heureux. Vers la fin de la grossesse, mon fils qui avait bien grandit, m’aidait en cuisine et au ménage, et ma fille aussi. Le jour de l’accouchement arriva : It’s a boy ! Une crevette. Mon fils était très content d’avoir un petit frère. Ma fille était un peu déçue car elle voulait une petite sœur.

Cela fait 15 mois que petit bébé est dans notre vie, les enfants sont de vrais petit papa et maman avec lui, ils sont aussi des clowns ensemble, ils l’aiment et il les aime. J’adore ! Un jour mon fils m’a même demandé d’avoir encore un petit bébé… euh laisse maman tranquille mon poussin.

Voilà, nous sommes cinq maintenant, tout se passe bien, il y a des disputes, mais, comme dans toute les familles, je pense qu’on a réussi l’assemblage de cette famille… pour le moment car le passage à l’adolescence arrive aussi et on peut avoir des  surprises. »

Rendez-vous sur Hellocoton !

Parole de Léa

En créant cette catégorie « On partage », j’ai voulu donner la parole à quiconque qui aurait envie de partager une passion, un rêve réalisé, une façon de vivre ou tout autre sujet qui peut vous tenir à coeur. Aujourd’hui je vous présente Léa, du blog Parole de Léa !. Elle vous raconte l’histoire de la naissance de son blog autour des livres. En espérant que cette nouvelle catégorie vous plaise, bonne lecture !

 « Hello chers lecteurs et lectrices du blog de Jul and the City !

C’est avec plaisir que j’ai accepté de témoigner sur ma vie de blogueuse.

Commençons par le commencement …

Alors que durant de nombreuses années, les seuls livres que j’ouvrais étaient pour faire plaisir à mes professeurs, le phénomène vampirique a chamboulé ma vie. Twilight a vampirisé les jeunes, les jeunes adultes et… les moins jeunes. Twilight m’a captivée (non, je n’ai pas honte) par son adaptation cinématographique. En parallèle, mes groupies de copines s’attachaient à me faire lire la saga ! Lire ? Moi ? Non… je n’aime pas ça … stop … arrêtez …

Quelques jours plus tard …

Impossible de lâcher les livres ! Je bénis mes copines qui m’ont forcée à lire Twilight. Vraiment ! Sans elles, je serais toujours au stade : canapé – TV.

C’est ainsi, que grâce à des vampires plutôt gentils, je me suis mise à lire de plus en plus. Ce qui m’a le plus étonnée est ma réaction lorsque, en cadeau, je recevais des livres. Je sautais littéralement de joie ! Quelques mois plutôt j’aurais pleuré, le livre aussi, abandonné dans un coin de ma chambre… vous nous voyez tous les deux en pleine déprime …?!

Bref, après la découverte du genre fantastique avec Twilight et par la suite la saga 16 lunes, je me suis prise d’adoration pour les dystopies grâce à la série Uglies !

Les jours ont passé et je lisais, lisais… comme jamais ! Quel rebondissement dans ma vie ! Je suis certaine que dans certaines têtes de personnes qui me sont proches, on pouvait entendre « Alléluia, enfin ! ».

Un matin plein d’espoir …

Le jour se lève, avec lui le chant des oiseaux… et quelque part dans le monde, une jeune fille (moi en l’occurrence) croit avoir une idée de génie ! (je me mettais plus ou moins le doigt dans l’œil…).

« Et si je créais un blog pour partager mes avis sur des livres, des films et des spectacles ? Ce serait vraiment génial ! Je pourrais même inviter des internautes à rédiger des articles sur mon blog ». Il y a 3 ans cette phrase a surgi de mon esprit alors que je me réveillais seulement.

Ni une ni deux, quelques heures après, mon blog naissait : le 3 mars 2013 !

C’est ainsi, que je me suis rendue compte que des milliers de bloggeuses avait déjà envahi la blogo !

Des moments de partages et de rencontres

A travers mon blog, j’ai rencontré, dans un premier temps, virtuellement, des personnes formidables avec qui partager des avis est un réel plaisir. Mais ces personnes peuvent aussi être très « méchantes »  puisqu’elles font sans cesse grandir ma PAL (pile à lire) ! Même si je peux me vanter d’avoir une mini PAL ! (je tourne à une dizaine voire vingtaine de livres environ).

Alors que je lisais avant 1 livre par an (merci le collège et le lycée), aujourd’hui je lis environ un livre par semaine ! Quel changement ! Vous vous imaginez ?

Mais la blogo n’est pas qu’un monde virtuel. J’ai pu rencontrer de nombreuses blogueuses qui sont de merveilleuses copinautes. J’adore les voir lors de salons ou tout simplement boire un verre avec elles.

Je retiens également de cette expérience la rencontre avec les auteurs lors de dédicaces … ! Il n’y a pas de mots pour décrire à quel point échanger avec un auteur est fabuleux !

Partager sur sa passion est quelque chose d’extraordinaire ! Et le monde de la blogosphère l’est.

Parole de Léa.« 

Rendez-vous sur Hellocoton !