conduite

Ca y est j’ai pris mon heure de conduite ! Depuis le temps que je devais me lancer. J’avais trouvé mille raisons pour repousser ce moment : fatigue, pas le temps, pas l’argent, j’ai peur, je n’ai pas trouvé l’auto-école qui m’inspire confiance… Et puis, notre projet Annecy étant sur des rails, il fallait bien que je me lance car il paraît que le métro là-bas ce n’est pas d’actualité ;-). J’ai d’abord trouvé une première auto-école que l’on m’avait conseillée. Le problème c’est qu’il n’y avait qu’un moniteur pédagogue, l’autre n’ayant pas de patience. C’est ce que la secrétaire de l’auto-école m’avait dit, c’est super vendeur hein. Bref, le moniteur pédagogue était soit en congés soit en arrêt maladie. Alors au bout de 4 mois d’attente je me suis dirigée vers une autre auto-école à côté de chez moi.

Je passe la porte, je me sens fébrile, j’ai peur d’être ridicule en racontant mon histoire « je suis angoissée, pas conduit depuis 10 ans, j’ai peur, au secours, je veux un gentil moniteur ». La secrétaire m’a rassuré, m’a expliqué que tout se passerait bien et qu’il fallait se lancer. J’ai donc convenu d’une heure la semaine d’après et j’ai payé direct pour ne pas avoir de raison de me défiler. Le jour J, j’arrive à l’auto-école, j’attends mon moniteur, les mains moites, j’ai déjà chaud, j’appréhende. Le moniteur en question, N., arrive, me rassure, il est très sympa. Il me donne les clefs de la voiture et me demande de m’installer. A la place du conducteur, je me sens un peu bizarre mais très vite je prends le contrôle de mon véhicule en préparant mon siège et les rétroviseurs.

Je démarre. J’ai peur que la voiture s’emballe, de faire un accident, d’écraser quelqu’un, mais finalement je suis si attentive à ce qu’il se passe devant moi que mes angoisses disparaissent. Nous quittons Boulogne Billancourt pour Sèvres. Il est 17h30 et il y a beaucoup de monde. Il faut faire du forcing pour s’insérer en permanence. Je n’ai jamais appris à conduire ainsi. Dans le 95 ce n’est pas si bouchonné, il n’y a pas tant de monde à la différence de Paris et sa très proche banlieue. Je n’aime pas cette façon de conduire, je l’explique au moniteur. Il me dit qu’ici c’est comme ça sinon tu restes sur place. Pour moi il n’y a aucun plaisir à conduire ainsi, c’est beaucoup trop nerveux. J’explique donc à N. que je souhaite reprendre la conduite car j’ai le projet de partir bientôt vivre à la montagne et d’ailleurs j’appréhende la conduite dans une région enneigée. Il m’a rassuré « oh tu vas voir ce sera dix fois plus simple qu’ici, ce sera tout droit, les routes seront dégagées, c’est pas comme chez nous, et puis les gens sont moins énervés ».

Nous avons fait le bilan de cette heure de conduite. N. m’a dit qu’après 10 ans sans conduire j’étais loin d’être une catastrophe, qu’il me faut reprendre certains réflexes mais surtout qu’il fallait que je reprenne confiance en moi. Il me dit que 5 heures de conduite supplémentaires seraient bien. Alors à 60€ de l’heure, j’ai fait le calcul : 300€. Sachant que je ne compte pas du tout reconduire en région parisienne, que je ne suis pas sûre d’obtenir ma mutation pour 2017, je ne compte pas dépenser ces 300€ ici. J’ai donc discuté avec Mister, je reprendrai des heures de conduite à Annecy directement et dans les conditions météorologiques de la région. Je me suis renseignée auprès des auto-écoles à Annecy et c’est beaucoup moins cher qu’à Paris.

Et vous, vous appréciez la conduite parisienne ?

Jul’

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *