maillot de bain

Jusqu’à mes 30 ans, je ne me posais pas la question du modèle de maillot de bain que j’allais m’acheter chaque été : deux pièces. Mon corps était assez ferme, je me permettais même de faire du monokini. Aujourd’hui, mon corps n’est plus le même. Mon corps de jeune femme est devenu un corps de maman. Je sais que beaucoup de mamans ont su garder un corps ferme malgré la grossesse mais moi pas.

Chaque grossesse est différente d’une femme à une autre.

Pour ma première fille j’ai pris 15kg et pour ma seconde fille j’ai pris 25kg (en fait j’ai arrêté de compter les kilos à partir de ce chiffre). Mon ventre a changé, il est plus mou, la peau a un autre aspect. En ce qui concerne les vergetures que j’ai sur les fesses et les cuisses je les avais déjà depuis l’adolescence mais elles se sont amplifiées avec la grossesse.

Je faisais pas mal de sport avant d’avoir des enfants. Je dansais beaucoup et j’étais inscrite dans un club med gym. On sait tous qu’avec des enfants, même si c’est faisable, ça reste plus compliqué de dégager du temps pour pratiquer intensément une activité sportive. C’est une question d’organisation mais qui n’est pas toujours évidente à mettre en place. J’avoue m’être négligée après la naissance de Louloute. J’ai totalement arrêté le sport comme-ci le fait de devenir maman signifiait seulement prendre soin de mon enfant et qu’il était normal d’accepter mon corps ainsi même s’il ne me plaisait pas. Pourtant je me sentais vraiment mal dans ma peau, moins jolie. Ce sentiment s’est renforcé après la naissance de Touille car j’avais vraiment abusé sur les kilos. J’ai mis neuf mois après chaque grossesses pour perdre mes kilos en trop. Mais mon corps lui est devenu flasque. Pour vous donner une image mes cuisses me font penser à des flambys.

Chaque été, même si j’avais envie de m’acheter un nouveau maillot de bain, j’entrais dans les cabines d’essayage avec crainte.

La crainte de mon image dans le miroir. Et à chaque fois j’étais en pleurs. Je me souviens d’une fois où j’ai demandé un maillot une pièce en pleurs à une vendeuse. Elle avait été adorable et m’avait répondu « franchement, vous êtes jeune pour un maillot une pièce, on peut trouver une solution et chercher un maillot avec une culotte un peu montante ». Mais à chaque fois sur la plage, je me sentais mal. J’avais l’impression que tout le monde me regardait en se disant « haannn, regardes sa graisse ! Tu as vu comment ça tremble ?! Risque pas de se noyer avec sa bouée intégrée celle-là ». Alors vite j’enfilais un paréo.

Ce rituel de la crainte d’acheter un maillot de bain et de m’exhiber en public s’est terminé l’été dernier.

Je ne sais pas pourquoi mais cet été là j’ai décidé d’ouvrir les yeux, de regarder autour de moi et j’ai vu la réalité : j’étais entourée de maman comme moi, avec les marques de la grossesse. Cet été là je n’avais plus de gêne : ces marques ne sont pas une honte car ce sont les marques qui ont donné la vie. J’assume mon corps.

Par contre il y a une chose qui a changé quand même : je me suis remise au sport après 7 ans d’arrêt. Ce n’est pas évident je dois vous avouer. J’éprouve des difficultés physiques et organisationnelles. Depuis le mois de mars, je tente de courir deux fois par semaines et j’ai également téléchargé une application de TBC (top body challenge). Le problème c’est l’assiduité. Entre la fatigue du quotidien, se mettre au sport à partir de 20h sans se décourager, trouver la motivation…. Il faut vraiment que je pratique plus régulièrement si je veux trouver un résultat sympa. Mais je ne baisse pas les bras et j’ai investi dans des équipements.

Tout ça pour vous dire que cet été, lors des soldes, j’ai vu un maillot de bain qui me plait bien et je compte bien le porter sans aucun complexe.

Et vous, vous avez ressenti cela après votre grossesse ?

Jul’

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :

2 comments on “Le maillot de bain”

  1. C’est un bel article. Tu as raison de t’affirmer, et d’assumer ton corps ! 🙂
    Moi j’ai grossi ces derniers temps, du coup je vais un petit régime. Quand j’étais à la Réunion, je redoutais un peu l’épreuve du maillot. Mais au final, je profite tellement de l’instant présent, que je ne pense plus à mes complexes.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *