Réussir à se séparer d’elle

Louloute a 5 ans et a déjà la soif de la liberté, de l’émancipation et de l’indépendance. Je n’ai jamais voulu qu’elle soit dans mes jupons et qu’elle s’accroche à moi comme je le peux voir chez d’autres enfants. J’ai toujours voulu l’élever de cette manière. Bon le problème c’est qu’elle veut déjà se barrer de la maison… Bref, me séparer d’elle a pourtant été au début de sa vie très difficile pour moi.

J’ai attendu qu’elle ait 1 an pour la faire garder une après-midi entière chez sa grand-mère, j’avais peur qu’elle perde ses repères et surtout que ma belle-mère ne me la rende pas (oui c’est débile je sais). J’ai ensuite attendu ses 2 ans pour la faire dormir chez sa mamie. Pour moi c’était plus facile psychologiquement de la laisser une nuit ailleurs à cet âge là. Louloute parlait couramment à 2 ans, pas juste des petits mots lancés à la volée, non elle s’exprimait déjà très bien, du coup je me disais que s’il se passait quelque chose elle me le raconterait. La première nuit sans elle fut difficile, j’ai couru le lendemain midi chez ma BM tellement elle me manquait. Puis j’ai commencé à la laisser deux nuits, et là je me suis rendue compte que ça nous faisait du bien à Mister et moi, on ressortait au ciné, on revoyait nos potes. A partir de deux ans j’ai laissé Louloute chez sa grand-mère paternelle régulièrement.

Ma BM est à Paris c’est donc effectivement très pratique de larguer ma fille. Mais est arrivé le jour où ma mère m’a réclamé ma fille pour les vacances. Là pour moi c’était beaucoup plus difficile par rapport à la distance : La Rochelle est à environ 500km. Je ne voyais pas Louloute si loin de moi. Et si il arrivait un problème ? Comment je ferai pour arriver vite ? Louloute avait 4 ans et demi, c’était le mois d’août. Mister et moi décidons d’essayer de laisser Louloute quatre jours pour commencer. Les quatre jours se sont bien passés, tellement bien que j’ai appelé ma mère pour lui faire prolonger le séjour. Au bout d’une semaine sans ma Louloute, je l’attendais avec impatience à la maison, et la voilà qui arrive avec ma mère en faisant un peu la tronche et en affirmant encore une fois son caractère bien trempé. Génial pour des retrouvailles. A peine arrivée qu’on venait de l’engueuler, de la priver de je ne sais quel jouet, de la punir, bref au bout d’une heure nous avons racheté des billets de train pour l’envoyer à la Toussaint chez ma mère.

Et aujourd’hui, j’ai encore fait un grand pas. Je suis allée à la Mairie et j’ai inscrit Louloute en colonie de vacances pour 10 jours au mois de juillet ! Pourtant je m’étais toujours dit que 5 ans c’est trop jeune, j’attendrais 7 ans (oui j’ai plein d’âge psychologique comme ça). Mais un couple de parents d’une copine de Louloute me chope ce matin à l’entrée de l’école et me dit : « On inscrit L. en colo cet été, ça te dit pour Louloute ? ». Direct ça monte au cerveau : Louloute + copine qu’elle connaît = pas de pleurs pour partir = vacances géniales pour elle = tranquillité pour moi. Je réponds « oui pas de soucis je fonce à la mairie ». En plus Louloute me supplie de l’inscrire, t’inquiète poulette tu vas y aller. Sur le chemin je téléphone à Mister pour lui annoncer que j’inscris notre fille en colo. Il n’est pas contre et bien au contraire, nous sommes tous les deux d’une génération colo où nos parents nous ont envoyé dès l’âge de 5 ans jusqu’à l’adolescence.

Voilà, aujourd’hui je peux dire que je sais complètement me séparer d’elle, même si à chaque fois j’ai une petite boule dans la gorge quand je la vois partir, et que je suis hyper heureuse et rassurée quand elle revient.

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :

Femme des années 80

 

Je suis une « femme des années 80 mais femme jusqu’au bout des seins, ayant réussi l’amalgame de l’autorité et du charme ». Ah la musique des années 80, quelle belle époque, avec des chanteurs au look dont le mélange des couleurs est parfois improbable mais surtout avec des clips mémorables. Je vous dévoile les chansons des années 80 qui m’ont le plus marqué (oui j’ai une playlist pour cette catégorie).

Début de soirée – Nuit de folie (clip)

  Félix Gray – La Gitane. -HD

 Kaoma – Danca Tago Mago

Allé, je reviens vous voir bientôt pour les années 90. Bon lundi de Pâques à tous !

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :

Mathilde

Quand je la vois à l’affiche d’un film, je fonce pour le découvrir. Elle est l’une de mes actrices françaises préférées. Elle est talentueuse, a un charisme fou et joue divinement bien. Et ce que j’aime aussi chez elle, c’est sa personnalité, son bagout, sa manière de balancer sans complexe, son franc parler. J’ai donc envie de vous faire découvrir ses films qui m’ont le plus plu dans l’ordre de mes préférences. Vous comprendrez en lisant cet article que j’apprécie de voir cette actrice sur mon petit écran, mais parfois il ne s’agit pas seulement de fiction…

Tout pour plaire : Elle incarne une avocate qui n’arrive pas à se faire payer par ses clients. Célibataire, elle n’arrive pas non plus à trouver un homme qui l’aime. Les célibataires trentenaires se retrouveront en elle.

Médecin-Chef à la Santé : Elle joue le rôle de sa tante, un médecin-chef qui décide de travailler à la prison de la santé. Je vous le conseille vivement, ce film met l’accent sur l’état des prisons. Ce film est un élétrochoc.

Une semaine sur deux : Elle joue le rôle d’une mère qui vient de divorcer, qui tente de reconstruire sa vie avec une fille ado au caractère bien trempé.

Camping : Elle a le rôle du femme simple et naturelle, celle que nous croisons dans les campings, sans chichi. On reconnaît ici son franc parler.

Maman : Elle joue le rôle du fille qui n’est pas aimée par sa mère, qui va la kidnapper avec sa soeur, pour la forcer à l’aimer. Son rôle est fort et bouleversant.

La liste de mes envies : Elle est une petite mercière de province qui vient de gagner au loto, et qui n’ose pas le dévoiler à son entourage. Je l’ai trouvé formidable dans ce rôle plutôt dramatique.

Max : Elle incarne une fille de joie, un peu vulgaire mais attachante.

Mais voilà que par une belle journée d’hiver de ce mois de février, lors de mon court séjour à Nantes, je me promène avec ma tite famille dans le passage de Pommeraye. Mister me dit : « tiens regardes, y a François Berléand et celle que t’aimes » « hein qui ça je vois pas » « mais si l’actrice là, elle est de dos là, mais tu sais celle que tu aimes qui a joué le rôle du médecin dans la prison » « hein hein Mathilde Seigner ??!! Viens on passe devant ». Et donc nous passons devant eux, ils venaient déjà de se faire arrêter deux fois par des passants pour des photos, je n’osais donc pas les déranger plus pendant leur promenade. Mister me dit : « allé vas-y, vas lui demander de faire une photo » « non j’ose pas » « tu vas le regretter » « bon ok !!! Euh bonjour, nous aussi on aimerait bien une petite photo svp ». Et là, je me mets à chercher mes mots, à parler comme une ado attardée tellement je suis impressionnée, une vraie petite fille intimidée : « oh la la j’adore tout vos films, non vraiment je vais voir chacun de vos films  » « ah bon c’est gentil » « surtout le film où vous jouez le médecin » « oui celui où j’incarne ma tante » « oui, en plus votre oncle, son ex mari, était aussi mon médecin » « ah oui c’est drôle ça, c’est une coïncidence » « en tout cas merci pour la photo au revoir ». Elle a été très gentille, elle a pris 5 min pour écouter mes conneries avec le sourire. Bon François Berléand avait l’attitude de François Berléand, un peu froid d’apparence, mais il a également accepté de jouer le jeu pour la photo.

 Cet instant m’a laissé le sourire aux lèvres, comme une andouille, toute la journée, j’avais l’impression qu’il m’était arrivé quelque chose d’un peu exceptionnel. C’était une belle journée.

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :