Un dimanche à La Ferme de Gally

ferme

Ce dimanche, nous avons profité de la dernière belle journée en terme de température de cette belle année 2014. Raz le bol du parc, dont j’ai horreur, pas envie non plus de rester enfermés en appart’, j’ai proposé d’aller à la ferme. Juste à cette annonce Louloute avait les yeux tout pétillants et le sourire jusqu’aux oreilles. Elle adore, et moi aussi, les animaux. Il y a une ferme à 30min de chez nous où nous sommes allés plusieurs fois et qui est vraiment très agréable : La Ferme de Gally à Sartrouville (78). (suite…)

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :

Je veux changer de maison

Cela fait 4 mois que Chouchoute est entrée dans notre vie. Nous sommes évidemment des parents comblés par ses gazouillis, ses sourires et son regard pétillant. Nous ne nous lassons pas de lui faire des câlins, de la prendre dans les bras ou en porte-bébé, de respirer son odeur de bébé et de partager tout ces petits moments qui filent à une vitesse phénoménale.

Mais ce n’est pas au goût de tout le monde. Oui, Louloute n’apprécie pas trop cette nouvelle relation naissante sous ses yeux. Dès le début elle a manifesté son mécontentement. Et il faut dire que c’est une petite fille qui s’exprime très bien, qui extériorise tout et qui ne mâche pas ses mots.

Sa vie vient d’être chamboulée par l’arrivée de sa soeur et son mal-être s’est traduit de plusieurs façons. Tout d’abord ce fut les crises de colère dès que j’avais Chouchoute dans les bras, puis la culpabilisation :

– « Quand tu lui donnes le biberon, personne n’est là pour me donner à manger ! »

– « Pourquoi Chouchoute se couche après moi ? C’est pas juste ! »

– « Je préfère qu’elle retourne à l’hôpital comme ça tu t’occuperas que de moi. »

– « De toute façon tu aimes plus Chouchoute, si c’est vrai, quand elle est dans tes bras c’est elle que tu préfères. »

– « Je préfère faire des bêtises car au moins tu t’occupes de moi quand j’en fais. »

Et j’en passe. Et si elle pouvait faire un peu mal à sa soeur elle ne s’en privait pas.

Louloute ne faisait que des bêtises, provoquait sans cesse :

– « Même pas vrai, même pas mal! »

– « De toute façon tu es obligée de le faire. »

– « Bah si tu dis ça, je vais changer de maman. »

Il est vrai que ma relation avec elle s’est retrouvée complètement bouleversée et j’en suis très touchée. Je suis responsable en grande partie. Avant, j’avais le temps de jouer, de répéter 50 fois les choses, de céder aux caprices (choses que je n’aurais jamais dû faire dès le départ), d’expliquer, de patienter… Mais avec deux enfants, et surtout avec un bébé, cela est moins évident. Donc du jour au lendemain je me suis mise à crier, voire hurler, à punir, à sévir. Louloute a vu mon comportement changer du jour au lendemain à son égard. Les phrases « je t’aime ma maman chérie » ont fait place à « tu es méchante, méchante, méchante !!!! ». Ça me blesse, elle le sait, et elle en joue aussi parfois. Pourtant, nous essayons de lui consacrer du temps individuellement, mais cela ne lui suffit évidemment pas.

A l’aide de notre pédiatre, de beaucoup de lecture (oui j’adore les livres de psycho pour enfant), et de quelques témoignages autour de moi, j’ai décidé de faire autrement que hurler. J’ai pratiqué l’indifférence face à certaines crises, du coup, voyant que cela ne fonctionnait pas, elle se calmait toute seule. Mais à force d’entendre des « je veux changer de maison« , j’ai décidé d’adopter une autre méthode. Ma soeur m’avait dit de ne pas prendre ses paroles trop à coeur car elle savait que ça me touchait, elle me conseilla de lui dire : « tu veux partir de la maison ? Bah commence par aller dans le couloir toute seule ». J’ai essayé, mais ça n’avait pas trop fonctionné. Une amie m’avait dit qu’avec son fils ce fut le même problème, du coup elle l’avait mis 5 secondes sur le pallier et depuis il était complètement calmé. Bon ça je n’ai pas osé.

Mais un soir à table, Louloute me regarde avec ses yeux noirs, ses sourcils froncés et me dit :

-« J’en ai marre, je veux changer de maison, je ne veux plus vivre avec vous ».

– C’est là que calmement, sans colère, très posée, j’ai répondu « Peut-être que tu en as marre de vivre avec papa ? »

– « Oui ».

– « Peut-être que tu en as marre de vivre avec maman ? »

– « Oui ».

– « Peut-être que tu ne veux plus vivre dans la même maison que ta soeur ? Tu veux vraiment changer de maison ? »

– « Oui ». Avec un ton un peu triste.

– « Puisque tu es si malheureuse, je te propose qu’on aille faire ta valise. »

– « D’accord… Mais là ? maintenant ? »

– « Bah oui, puisque tu veux changer de maison. Comme ça tu en trouveras une mieux. Non ? »

– « Oui mais pas tout de suite… » Je la sens triste et à la fois elle regrette tout ce qu’elle a dit auparavant.

– « Ok, pas ce soir. Réfléchis et tu me diras. »

Et depuis, son comportement a changé, les colères sont passées, enfin pas toutes elle reste une enfant de 4 ans. Mais elle ne cherche plus à se faire remarquer en étant insolente, elle est beaucoup plus gentille avec sa soeur, elle n’essaie plus de lui faire du mal, et elle lui raconte même des histoires. Il y a une nette amélioration. Ce sont des petites victoires au quotidien, ce n’est pas négligeable. Mais l’important c’est que Louloute se sente mieux et je ferai toujours tout pour.

Et vous, comment s’est passé l’arrivée du deuxième enfant ?

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :

Ma nuit est un enfer

 Durant ces deux dernières années j’ai eu des nuits assez difficiles et bruyantes. La cause ? Un bruit insupportable, tel un moteur qui démarre, j’ai d’abord pensé qu’on nous avait déplacé notre appartement à côté d’un aéroport, ce bruit ne pouvait être qu’un avion qui décollait. Non, en fait notre appartement a été télé-porté dans une ferme, oui c’est ça, c’est le groin d’un cochon que j’entends et qui fait vibrer le matelas du lit. J’ouvre les yeux et ah non en fait ce sont les ronflements de Mister.

Au début de notre histoire, ce n’était que quelques ronflements dans la nuit, pas toutes les nuits, légers, genre il s’arrête direct quand tu lui fais remarquer. Puis c’est devenu un peu plus souvent et plus longtemps. Là, j’avais investi dans les boules quies en cire. Cela fonctionnait plutôt bien car les ronflements n’atteignaient pas encore des décibels insupportables.

Mister est allergique à beaucoup de choses, et notamment aux pollens et autres petites particules des plantes. Depuis deux ans nous habitons face à un parc verdoyant. Mais voilà, les choses ont commencé à se corser à ce moment. Depuis que nous vivons ici, Mister ronfle de plus en plus voire toute la nuit sans s’arrêter. Et le volume a bien entendu augmenté. Les boules quies ne pouvant plus faire leur boulot de filtre à ronflements, Mister était parfois obligé de s’inviter sur le canapé pour finir sa nuit. Sauf que… même la porte fermée et dans le salon, ses p**** de ronflements se faisaient entendre.

Mes nuits avec lui avaient bien changé. Elles se ponctuaient très souvent par des coups de coudes pour le stopper, des « p**** t’es chiant tu ronfles ! Arrêtes ou tu vas dans le canapé ! ». A l’affût du moindre souffle qui va démarrer une crise de ronflements aiguës. Le but du jeu était parfois de s’endormir vite en premier dans l’espoir d’être dans un sommeil profond avant qu’il ne vienne se coucher.

Plus les jours passaient, plus il était fatigué, tendu, irascible, terne, il s’endormait partout et même parfois au volant. Je mettais cela sur le compte de son ancien taf qui lui pesait mais au final c’était bien plus que ça.

Un soir, n’arrivant pas à dormir, je décidai de l’observer. Et … tadam… je m’aperçois qu’il fait des pauses de 9 secondes sans respirer entre les ronflements. Le lendemain, en grande vainqueur qui a trouvé le remède à mes nuits, je lui parle de son apnée : « j’ai compté cette nuit, j’avais que ça à faire, tu fais des pauses de 9 secondes sans respirer » « ouai ouai c’est ça » « si je t’assures, c’est dangereux » « pfff tu parles 9 secondes c’est rien » « vas voir un médecin stp » « non ». Voilà il a dit non pendant six mois, mais comme j’ai la chiantattitude en moi, je lui ai répété pendant six mois qu’il fallait voir un médecin. Du coup, pour ne plus m’entendre et dans l’espoir de me clouer le bec, genre tu vois bien que j’ai rien, Mister a rencontré un doc spécialisé pour l’apnée du sommeil. Il a fait des tests, dormi avec des capteurs et le verdict est tombé : 40 apnées en 1 heure. Donc c’était plus sévère qu’on ne le pensait. Ce genre d’apnée s’adresse à des personnes d’un certain âge et d’une forte corpulence. Mister a 30 ans et est plutôt mince.

Il est donc obligé de dormir aujourd’hui, et certainement pour toute sa vie, avec un masque à oxygène relié par un long tube branché à une machine. Pas évident pour lui de dormir avec, quand il le porte on a l’impression qu’un virus s’est propagé dans notre appartement, limite on se croirait dans le film Alerte avec Dustin Hoffman (putain je suis veille pour citer ce film), Mister dit qu’il ressemble à Tom Cruise dans Top Gun avec… Bon ça fait un peu le bruit d’une hotte d’aspiration mais c’est franchement plus supportable que le groin d’un cochon.

 Alors si vous pensez que votre compagnon ou compagne de nuit ressemble à Jean-Marc Barr et vous fait le replay du grand bleu, sachez que les risques sont les suivants si vous ne vous faites pas appareiller ou si vous ne vous faites pas traiter : plus gros risque cardio vasculaire, d’avc, d’hypertension artérielle et mort subite.

FB Comments
Rendez-vous sur Hellocoton !
Suivez Pretty family sur :